Les pieds dans la glaise, la tête dans les étoiles.

  Jacques CRESTA a 57 ans, il est marié et père de deux filles.

Né en 1955 à Alger, il y passe une partie de son enfance avant d’en partir en juillet 1962.

Après Lyon et Compiègne, sa famille rejoint Perpignan en 1965. Il n’en partira plus. Des études au Lycée Arago puis à l’Université de Perpignan le conduise à obtenir une Licence d’Economie de gestion des entreprises.

Après un passage à l’Education Nationale, il entrera à la Caisse d’Allocations Familiales des Pyrénées-Orientales, il met toute son énergie et sa détermination dans les différents postes qu’il y occupera. Aujourd’hui, en disponibilité pour mener à bien sa fonction de Vice-Président de la Région, en charge des Lycées et de l’Education, premier budget régional, il assure aussi la Présidence du CNFPT Régional.

Son engagement débute par un engagement syndical, étudiant d’abord, puis professionnel.

En 1980 il adhère au Parti Socialiste où il prend rapidement des responsabilités. En 1983, il fonde la première association d’aide aux victimes de la délinquance, l’AVIP, puis se consacre entièrement à sa vie professionnelle, tout en continuant à militer.

C’est en 2002, qu’il est élu Premier Secrétaire de la Fédération Catalane du Parti Socialiste, fonction à laquelle il a été réélu à trois reprises.

En 2003, il devient Conseiller Municipal de Cabestany où en 2006 il prend la responsabilité du secteur « Circulation et Cadre de vie ».

En 2004, il est élu Conseiller Régional dans l’Equipe de Georges Frêche et Vice -Président de la Commission Formation Professionnelle.

En 2010, exclu du Parti Socialiste avec 57 de ses amis, pour avoir continué à soutenir George FRECHE contre vents et marées, il est réélu Conseiller Régional.

En 2011, il devient Vice-Président en charge du secteur le plus important, les Lycées et l’Education, avec un budget de près de 250 Millions d’Euros.

La même année, il est réélu Conseiller Municipal de Cabestany, en troisième position sur la liste de Gauche aux élections municipales, mais s’abstient de prendre des responsabilités dans l’exécutif municipal, afin de ne pas cumuler les fonctions. Il démissionnera, avec regret, de son mandat municipal, après son élection à la législature, afin de se conformer à la loi des non cumuls de mandats.

Après sa réintégration par la Direction Nationale, il est réélu à l’unanimité fin 2011, comme Premier Secrétaire de la Fédération Catalane du Parti Socialiste, ce qui lui vaut d’être désigné par François Hollande comme mandataire départemental de sa campagne dans les Pyrénées-Orientales.

En février 2012, il est désigné à l’unanimité candidat du Parti Socialiste sur la 1ère circonscription des Pyrénées-Orientales.

En juin 2012, il est élu Député de la 1ére circonscription dans le cadre d’une triangulaire, il recueille 42.95 % des voix.

Conformément à ses engagements, dès son élection il s’implique totalement dans les questions économiques, avec un œil avisé sur la concurrence déloyale touchant particulièrement notre économie départementale, mais également sur tous sujets qui touchent sa circonscription.

Il a rejoint le groupe Socialiste et Républicains Citoyens (SRC) à l’Assemblée, et siège à la Commission des Affaires Etrangères et à celle des Affaires Européennes.

Il est également Vice-Président du groupe d’Amitié France-Espagne et membre du groupe d’Amitié France-Algérie.

Il a été désigné en qualité de rapporteur, par la commission des Affaires Etrangères, sur deux dossiers: les conventions sur la sécurité intérieure du Liban et de la Turquie.

Il a également reçu une mission sur la mobilité par l’Assemblée Nationale afin de vérifier sur le terrain l’application des lois, notamment dans le domaine du transport et de la mobilité des travailleurs.

Tête de liste de rassemblement des forces de gauche aux élections municipales de Perpignan, il se désistera au second tour pour faire barrage au Front National arrivé en tête au 1er tour, permettant ainsi au Maire sortant Jean-Marc Pujol d’être élu.

En avril 2014 il change de commission au sein de l’Assemblée nationale et passe des Affaires Etrangères à la commission Culture et Education.

Il interviendra à l’Assemblée Nationale dans le cadre du traité de libre-échange entre l’Europe et les Etats-Unis.

En 2015, dans le cadre de la campagne des élections régionales regroupant les régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, il mènera la liste de Carole Delga sur le département des Pyrénées-Orientales. Souhaitant se consacrer pleinement à son mandat parlementaire, il refuse le poste de vice-président mais continue au sein de la région en tant que Conseiller régional à s’occuper des questions de politique de la ville et de logement.

A l’Assemblée nationale il sera désigné comme Président du groupe sur les Quartiers Anciens Dégradés, lui permettant ainsi de travailler sur la réforme de la Loi Malreaux et de construire une boite à outils permettant aux élus locaux d’intervenir sur leurs centre anciens.

En 2016 il est nommé rapporteur sur l’Energie et la Sécurité.